Les pensées d'Adan

03 février 2021

Avais-je vraiment le choix ?

pplware_asteroide01

Je me pose un instant, et je regarde ma vie. Où j'en suis. C'est un peu le bilan d'une vie qui s'éteint à petit feu; On se faisait des rêves, on imaginait le meilleur, mais, on ne pensait pas que le pire allait arriver. On espère, on ferme les yeux et on se dit que ce n'était qu'un cauchemar de plus. Et pourtant, la réalité est tout autre. Qui l'aurait cru ? Ce monde si beau, cette terre si pleine de vie, d'abondance et d'espoir. Nous voilà arrivés à la fin d'une histoire, à la fin d'un tout. Nous laissons derrière nous une terre isolée, sèche, et arride, un air pollué et irrespirable. Les températures sont telles, que nous avons dû nous restreindre à sortir dans les heures les plus chaudes. En hiver, c'est un froid extrême et en été c'est une chaleur insupportable. Les arbres peinent à pousser, les plantes ne sont plus que le reflet d'un désert aride. Il nous reste nos images, nos livres et nos souvenirs. Cette pluralité et cette nature que nous aimions jadis n'est plus. Nous sommes devenus des naufragés, des intrus, des ennemis. La guerre de l'eau nous à pousser à nous détruire. La famine a touché une large partie de la population, nos technologies n'ont pas été à la hauteur. Les privilégiés sont sous terre et dans les cieux. Les étoiles seules éclairent nos visages. J'ai perdu ma famille. Je suis seul maintenant. Je ne sais pas comment j'ai réussi à survivre à ce cataclysme. Pourquoi ai-je été épargné alors que tant de gens sont morts. Je ne suis pas au paradis mais bel et bien en enfer; Je respire tant bien que mal. Je me demande quelquefois si je suis ici pour une mission précise. Mais mes connaissances sont si infimes que je ne pourrai pas survivre plus longtemps. Il y a quelque chose en moi qui résiste, qui s'affole et qui veut vivre, coûte que coûte. Je suis à la croisée des chemins; Aujourd'hui, j'ai entendu un cri. Je ne saurai pas vous dire d'où il venait. J'ai juste ressenti en moi une peur si grande, une souffrance si forte que je m'en suis mordu la langue. Ah, je ne suis pas si faible finalement. J'ai réussi à survivre dans ce monde qui n'est plus celui que j'ai connu. Je continue à rêver pourtant, que l'on vienne nous sauver. Que nos pères nous reviennent. Ils l'ont promis et je compte les jours.

 

Nous sommes en 2036. L'astéroide nous a touché de plein fouet. Le silence est si intense que l'on pourrait entendre une mouche voler. Mais il y en a plus. J'en rigole. Nous avons tout essayé. Nous avions envoyé en mission des agents SpaceX mais ils n'ont pas réussi à modifier le trajet de cette immensité. Ils l'ont juste divisée en plusieurs morceaux. Certains se sont désagrégés en rentrant dans l'atmosphère mais d'autres ont réussi à atteindre le sol ce qui a entraîné des tsunamis, des tremblements de terre mais aussi l'éruption de volcans. Tout s'est passé si vite que l'on n'a pas tous eu le temps de nous mettre à l'abri. Ce sont des surfaces entières qui ont disparu. L'eau et la lave ont fusionné. J'ai vraiment cru que nous allions y rester. Nous sommes sous terre depuis, nous n'avons pas vu le jour depuis des mois; Je me demande tous les jours comment s'est à l'extérieur. Ici, nous avons de l'eau et de la nourriture déshydratée. On a des compléments alimentaires, tous les jours on avale un cachet nutritif et un verre d'eau vitaminée. On a perdu la sensation des choses, du goût et de l'odorat. Tout à la même saveur. C'est triste. On en oublie le goût des choses que nous avions. Nous sommes un petit groupe. Nous avons réussi à nous retirer à temps. Il y a principalement des femmes. Les hommes sont morts en grand nombre à la guerre et en mission. La résistance du corps des femmes a joué un rôle important; On a dû s'adapter assez vite à ce nouveau mode de vie. Nous n'avions pas vraiment le choix. C'était vivre ou mourir. 

Tout est connecté. Nous avons trouvé les tunnels du monde lointain. La lumière paraît si douce d'en bas. Nos moyens technologiques ont évolué. La science, la médecine et l'agriculture sont tout autres. Nous sommes revenus à nos croyances spirituelles. L'esprit et l'âme cohabitent. Certains réussissent à sortir de leur corps et à traverser dans l'autre monde. Je n'y suis pas encore à ce stade de méditation. Je voudrais pourtant mais mes pensées se bousculent, et je n'arrive pas à faire le vide en moi. 

Posté par lamantdadan à 16:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2015

My love

2105942359_1

Ce matin mes yeux s'ouvrent à nouveau, je regarde autour de moi mais tu n'es pas là.

Je comprends alors que ce n'était pas qu'un cauchemar mais tu étais bel et bien parti.

C'est alors que je me suis mis à pleurer de toutes les larmes de mon corps.

Mon tendre amour, tu es parti loin de moi pour aller le retrouver.

Mon coeur est brisée en mille morceaux, tu me manques tellement.

Je n'aurai jamais cru que cette douleur aurait été si intense. L'amour n'est qu'illusion dans ces moments là.

J'aimerai mourir et ne plus souffrir de ton absence, me relever me sera difficile. Tu étais mon pilier, mon tout.

Comme un enfant, je vais devoir apprendre à marcher et à me construire. 

Mon amour, je me sens si faible, ta force n'est plu.

Ton souffle sur ma peau frissonante choyée par tes baisers disparaissent.

Tes bras qui m'entourent et me protègent ne sont plus que des doux souvenirs.

Je n'avais pas envie de te perdre mais nos chemins se sont séparés.

Oh mon amour, tes lèvres me manquent. comment pourrais-je t'oublier ?

Je vais devoir apprendre à vivre sans toi.

C'est une page qui se tourne et sans doute une nouvelle histoire qui commence.

Je garde espoir que l'amour frappera à nouveau à ma porte.

Mais en attendant, je vis avec des souvenirs qui m'échappent.

Je suis désarmé et je me tords dans tous les sens.

J'aimerai crier ton nom et que tu sois là.

Je t'aime toujours mon amour, et cet amour persiste.

J'aurai du mal à t'oublier, effacer tous ces moments partagés.

Oh mon amour, tu m'as laissé un coeur meurtri.

 

Posté par lamantdadan à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2014

Noël

noel

Mon coeur bat de plus en plus vite. L'exicitation est bien présente. L'envie de partager ce moment privilégié avec les gens que l'on aime. Ce doux sentiment d'amour et d'attention pour autrui. Le coeur sur la main, on prend le temps pour chacun. Ces cours instants de la vie qui marqueront à jamais les esprits. Précieux à nos yeux m'encourage à donner de ma personne sans attendre en retour. Les souvenirs de fêtes et de famille m'envahissent. Pourtant, la réalité est tout autre. Ce Noël je le passe loin de tous. Éloigné de ma famille, je décide alors de passer ce réveillon avec mon ex, qui lui aussi est seul pour les fêtes. Je suis heureux de préparer la table, de décorer la pièce. Je prends soin de mettre chaque chose à leur place. L'heure arrive, et nous dressons la table de mets fabuleux. Je ne peux m'empêcher de prendre des photos, de les mettre sur facebook. Histoire de laisser une trace de ce dîner annuel. On commence par les petits fours, suivis de toasts de foie gras, des huîtres, du vin blanc. En plat, un confit de canard et ses petits champignons et ses pommes, du fromage, en terminant par une bûche glacée de Noël et de chocolats. Un menu complet qui nous laisse nous affaler sur le canapé sans pouvoir se mouvoir davantage. On a très bien mangé ce soir là, trop même, je dirai. La fatigue nous rappelle, et notre ventre commence son orchestre. Devant la télé, nous plongeons dans l'enfance devant les dessins animés de Disney. Minuit, c'est l'heure d'ouvrir les cadeaux. Quelle surprise d'apervoir que l'on a reçu ce que l'on désire. Un souhait réalisé et attendu depuis longtemps. Une joie nous envahit et nous submerge d'émotions. On remercie alors le passage de Père qui nous à gâter cette année malgré notre conduite fortuite. On prend notre courage à deux mains pour ranger la table et jeter le nécessaire. Ces le temps des adieux, de se dire au-revoir. A l'année prochaine sans doute, qui sait ? 

Posté par lamantdadan à 18:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 février 2014

Mon Valentin

Red01

Depuis ma rupture avec Guillaume, ma vie a pris une autre tournure. J’ai l’impression d’avoir laissé derrière moi une partie de moi-même, mon cœur. Cela fera trois ans prochainement que je suis célibataire, que je n’ai pas su retenir mon attention sur un autre homme. J’en ai rencontré plusieurs, mais peu me désire à leur côté. Je m’en rends compte que je séduis, mais mon corps seulement semble leur suffire. J’ai toujours cherché à être libre de mes actes, je le suis aujourd’hui et la liberté est lourde à porter. Je ne comprends pas pourquoi je suis ainsi, je n’arrive pas à me contenter de ce que j’ai. Il m’en faut toujours plus. J’ai peur de passer à côté d’une belle rencontre. J’ai envie de tomber amoureux, pourtant l’amour ne frappe pas à ma porte. L’amour, je me rappelle de ce sentiment comme si c’était hier. J’ai versé tant de larmes, j’ai tant souffert.  On dirait que je cours après la souffrance. Sans doute est-ce le seul moyen de me sentir encore vivant.  Je voudrais que l’on se batte pour moi. J’aimerai être témoin d’un acte d’amour, que l’on affronte mes démons pour me sortir de cette impasse.  Ce jour arrivera sans doute un jour. J’espère ne pas être trop vieux quand ce jour viendra. Je crois que je dois me construire avant d’envisager une relation à deux, je ne pourrai pas envisager une telle vie sans savoir où je vais. J’ai besoin de repères et de stabilités. Il m’arrive de rêver d’être un autre homme. Si je n’étais qu’un rêve, je pourrais gambader de corps à corps sans laisser de trace et procurer un plaisir intense à mes sujets.  Je crois que je serai heureux d’être leur fantasme, rien qu’un instant, ne faire qu’un avec leur esprit. C’est un réel plaisir de pouvoir se mouvoir dans le noir et entrevoir un visage, sentir son souffle sur ma peau et ses lèvres sur les miennes.  Son parfum me hante encore et je le ressens sur mon corps. Je suis sensible aux odeurs et certains m’enivrent de leur essence. C’est un festival de plaisirs, un feu d’artifices colorés et scintillants. Mes yeux brillent et se submergent d’émotions, une larme se détache et glisse sur ma joue rougie de candeur. Mes lèvres se gonflent de sang et mes dents scient ce mamelon qui se laisse abreuver sans retenu. Je poursuis alors mon chemin en laissant trainer ma langue tout le long jusqu’au creux de cette cicatrice enfantine. J’entrevois alors une émergence suivis de deux compagnons qui semblent se tenir par la main. Je m’empresse alors d’aller à leur rencontre. Je commence par l’un puis par l’autre. Ils restent silencieux et témoignent  leur gratitude par de simples mouvements uniformes. Seul le plus grand se tient debout et daigne me faire face. Assez lisse et fort, conquérant semble-t-il, il s’avance et me soumet  sa clairvoyance.  Je me résous à capituler. Je lui offre alors mes orifices un à un.  Je compris alors que mes choix étaient limités. Il savait me rendre dans un état second et je ne pouvais plus me défendre. Mes mains et mes pieds se crispaient, ma peau devenait moite,  et la soif se fit sentir. Mais la fin semblait proche, après une altération, il cria mon prénom, et j’eus compris alors que le soldat avait rendu les armes, blessé par le flanc. Je me retirai alors en savourant cet instant. Je me délectais de ce nectar encore tout chaud. Tel était le témoignage de cette promesse. 

Posté par lamantdadan à 17:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 avril 2013

Mon intention

lightwater - Copie

Je n’ai pas eu le choix, j’ai dû faire face à mes sentiments, et j’ai réalisé à quels points, tu m’avais troublé. Au point, de perdre mon souffle, sentir mon corps tremblé sous tes mains, parcourir la ville et à travers les contrées afin de pouvoir te retrouver. Tu m’as blessé par tes mots, par tes actes injustifiés. Pourquoi es-tu parti si loin sans crier gare, sans donner la peine d’exprimer tes sentiments à mon égard ? Je suis malade, oui malade d’amour pour toi. Tu ne t’en rends pas compte de l’importance que tu as à mes yeux. Je suis fou de toi. Et si la folie devait se conjuguer, je voudrais qu’elle soit au présent comme au futur, je pourrai me projeter hors de mon corps et ainsi survoler les contrées pour pouvoir te retrouver. Tu me manques mon ami, Je me sens dépourvu de tout, tel l’eau qui coule dans mes veines, je suis asséché. Abreuve moi de ton amour, pardonne moi mes silences, promets-moi de chérir ton cœur. Je n’ose pas imaginer une vie sans toi. Maintenant, que je t’ai trouvé. Je souhaite te garder à jamais à vie. Donne-moi le temps de te convaincre, reste auprès de moi. Je serai te satisfaire. Deviner tes attentes et tes désirs nuits et jours. Si tu regardes dans ma direction, tu verras un homme meurtri qui ne demande qu’à t’aimer. Ne refuse pas mon amour, accepte le comme un présent. Je pourrais te dire tous les mots de la terre. Tu n’en feras rien, Tu restes sur ta position. Fébrile, immobile, tel une flèche que l’on m’enfonce dans le cœur. Tu as percé mon âme et quoi d’autres encore… Sache que je suis sensible à ton charme, à tes atouts qui pour moi sont l’éclosion de mon amour, le balbutiement d’une nouvelle vie qui commence à tes côtés. Je veux y croire, tu es celui que j’attendais depuis toutes années d’égarements.  Je pleure, mes larmes sont lourdes tels qu’un amas se répandant sur le sol. Sans doute est-ce le moyen de percer les secrets de la terre ? L’eau est plus forte que toute force de la nature. Elle traverse tous les obstacles.

Posté par lamantdadan à 17:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 janvier 2013

La goutte d'eau

J’ai perdu cette goutte d’eau qui coule sans perdre haleine. En valait-elle la peine ? J’ai longtemps attendu qu’elle m’effleure, qu’elle me conduise sur la bonne voie. Je crains qu’elle ne soit plus.

Cette larme d’un goût salée qui se plaisait à me rendre un peu plus humain. Elle se perd alors dans tout mon être et se cache derrière son sein. Je la regrette, cette douce caresse qui savait me faire rougir à la moindre fausse note. Je joue de son art et me rend compte à quel point, elle y était maîtresse. Je barbote tout autour sans aucun atours. Je conçois alors qu’elle puisse être partie aux aguets. Je ne la méritais pas après tout. Elle semblait être seule juge de mon destin. Je sais seulement que j’en garde un souvenir fou. A chaque fois, quelle se présentait, je me sentais un peu moins seul. Elle savait me consoler de mes peines tout en réchauffant mon cœur. Elle savait tout aussi me rendre le sourire et savourer le plaisir de cet enchantement, parfois, triste, joyeuse, voir même en joueuse.

Je l’aime tout autant, cette berceuse qui m’endormait après son passage. Je ne pouvais que rêver de meilleurs jours et me réveiller sous un nouveau jour. Elle fut longtemps ma confidente, une amie sincère qui savait m’écouter et m’accepter comme je suis. A chaque pensée, elle savait me retrouver et me soulager de mes idées les plus noires. Assis, accroupis, replié dans un coin, les bras engourdis, tremblant, et sanglotant, elle seule en a été témoin. Toujours, présente, seule à mes côtés loin des yeux farceurs, et des moqueries injustifiées. Si je pouvais lui rendre l’appareil, je le ferai sans détour.

Elle a su m’accorder du temps et aujourd’hui sa rareté m’est insupportable. Je souhaite ressentir à nouveau cette douce mélodie. Heureusement, elle et moi, ne formons qu’un et nous préservons nos secrets. Il suffit d’un mot, d’une émotion, d’un souvenir pour nous retrouver à nouveau comme le premier jour de ma venue au monde.

PicsArt_1358384153728

Posté par lamantdadan à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qui suis -je ?

Je suis du genre passif et romantique. J'aspire fortement à une relation sérieuse. Proche des autres, je ressens facilement leurs sentiments sans pour autant savoir ce que je ressens. Au point que je suis capable de me tromper entre désir et amour. Pour moi les sentiments ont le pas sur les relations sexuelles, ce qui fait que me parler et m'écouter pendant des heures seront les meilleurs moyens de me séduire. Je ne renie pas la sexualité, pour moi c’est un moyen de fusionner, mais avant tout pour moi l’intellect est le plus important. Toutefois j'ai besoin de combler ce plaisir charnel sans lui attribuer plus d’importance. Etant réaliste sur les relations amoureuses, je ne me laisse que rarement envahir par la passion, au point de passer à coté des désirs de mon partenaire. Pour moi, une relation stable passe par  une vie sexuelle active et non débridée.

 

Le tendre

On me trouve adorable, charmant ou... capricieux. Je suis un être de contrastes. Très sensible parce que gouverné par mes sentiments, vulnérable parce que réagissant vivement aux impulsions sensuelles, je suis réceptif aux ambiances. Je me montre très sélectif dans mes affections parce que mes rapports sont basés sur l'harmonie. J'ai besoin d'être en affinité avec ceux qui m'entourent. Aussi je n'ai qu'un cercle restreint d'amis, tout en étant très populaire dans tous les milieux sociaux, grâce à ma souplesse d'adaptation. En raison de ma grande réceptivité, mon humeur suit le rythme de mon affectivité. Elle est donc changeante. Un rien me blesse et provoque un renversement de situation. A des promesses enthousiastes, des démonstrations d'affection, succèdent la froideur et la plus grande indifférence. Je suis alors capable de la rancune la plus tenace et d'attendre le temps qu'il faut pour me venger de la blessure qu'on a osé m’infliger. Car, j'ai une bonne dose d'orgueil qui se manifeste en susceptibilité. On ne peut donc se fier à ma tendance instinctive à la conciliation. Dans la vie quotidienne, Je fais preuve de patience et de persévérance. J'ai le don d'œuvrer en vue d'un but lointain, même incertain. Mais... attention, si mon affectivité est en jeu, je peux tout lâcher d'un coup ! Cet entêtement me met d'ailleurs dans des situations ambiguës dont je ne sais comment me sortir, mon amour-propre m'interdisant le premier pas ou de revenir en arrière.

Sur le plan sentimental, apparemment sensible et délicat, je donne l'impression d'avoir un grand besoin de tendresse, de douceur et de chaleur affective. En effet, il est impératif pour moi d'être apprécié, approuvé et aimé. Romanesque mais réaliste, je réclame des preuves tangibles de l'amour que l'on dit me porter. Mes attachements sont stables lorsque j'y trouve les satisfactions recherchées. Je ne jure que par lui, au risque de devenir trop dépendant de ce lien affectif. Dans ce cas, mon partenaire peut compter sur ma loyauté. Sinon, le brillant papillon ira tout simplement butiner sur une fleur plus généreuse et plus tendre. J’aime les atmosphères ouatées, propices au rêve, au farniente ; les demi-teintes, la pénombre, les harmonies de couleurs douces.

Sur le plan professionnel, Je suis intéressé par une profession où ma mémoire peut m'être utile. Très curieux de choses nouvelles, de pays inconnus, de personnes avec lesquelles je n'ai pas encore eu de relations, je possède une grande faculté d'assimilation. Je pourrais entreprendre et réaliser de grandes choses si je surmonte ma nonchalance. Mais, je ne vais pas au fond des sujets que ma curiosité m'incite à aborder. Je préfère donc un emploi tranquille ou subalterne dans une ambiance agréable et sympathique. Là s'arrête mon ambition. 

PicsArt_1358388295714

Posté par lamantdadan à 14:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 décembre 2006

A la recherche d'Adan

Je parcours les jardins à la recherche du jasmin.
Je heurte les arbres épineux du malin. Je contourne les contours du destin. Je suis décidé à entrevoir les déboires D'adan. Mon coeur souffre de le voir partagé à cette femme infâme qui n'a pas hésité à le trahir pour un simple fruit. Poussée par le malin, elle n'a fait qu'une bouchée de nôtre destin. Je crains de perdre mon amant, le seul être aimant depuis la nuit des temps. Je l'aime et quiconque ne pourra partager les sentiments que j'ai pour lui. Il est mon "tout", il est mon "moi", il est mon "nous". Mon désir est intense et l'envie de lui se fait entendre. Je ne partage pas sa couche, ni ses désirs mais je sais qui il est vraiment. Je le connais mieux que personne. J'ai vu le reflet de son âme, pur et crédule. Mon coeur lui appartient et je ne pourrais contrer mes sentiments. Je me laisse guider par mon serment. Je sais qu'un jour il me reviendra car il a péché une fois. adan_1_

Posté par lamantdadan à 08:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]